Relancer un nom de domaine expiré : bonnes pratiques


Les noms de domaine expirés sont en vogue. Même si la pratique consistant à relancer un nom de domaine expiré existe (presque) depuis le début du web, les conseils et les ressources utiles restent difficiles à trouver. Voici quelques points à connaître.

 

Rester à l'écart des marques

Les enchères sur les sites comme Youdot ou Snapnames montrent que le principal critère qui détermine le prix d'un nom de domaine expiré est son historique dans Google. Les éditeurs de sites enregistrent des noms de domaine précédemment exploités, sans se soucier de risques d'ordre juridique. Il faut savoir qu'au regard de la Loi Française, le seul fait d'enregistrer un nom de domaine expiré peut être considéré comme illégal. En pratique, le risque est très variable et sera supérieur avec les marques notoires ou en cas de risque de confusion avec une marque existante, et une société avec un capital social important aura beaucoup plus de chance d'être poursuivie qu'un auto-entrepreneur non solvable. Il faut garder à l'esprit que le risque existe et que le droit est tellement vaste que le plaignant peut facilement justifier une action. La décision reste à l'appréciation du juge. Dans tous les cas, se défendre lors d'une action en justice demande des moyens et de l'énergie. Autant le savoir avant d'enregistrer un nom de domaine expiré litigieux.

 

Privilégier les noms de domaine fraichement expirés

La position officielle de Google sur les noms de domaine expirés est que les liens anciennement acquis sont ignorés. En pratique, c'est faux pour les noms de domaine qui viennent d'expirer. Google n'est pas en mesure de détecter efficacement une période d'expiration, et les positions avant l'expiration peuvent être récupérées rapidement, de préférence en reconstituant la structure du site. Marine2017.fr est-il ainsi un nom de domaine expiré à succès, uniquement grâce au fait que Google n'a pas pris conscience du changement de l'absence de légitimité du nouveau site. Cet exemple est intéressant quand à la puissance des domaines expirés, mais en même révélateur de la méconnaissance par les éditeurs de sites des risques juridiques relatifs à l'exploitation de noms de domaine expirés.

A contrario, 24h00.fr est un exemple de bonnes pratiques. Le nom de domaine expiré correspond à un terme général, qui n'est pas susceptible d'être revendiqué par une marque. Il s'agissait par le passé d'un gros site de cosmétiques, mais aucune risque de confusion n'est possible avec le nouveau développement en cours.